Simone Weil et la LAUDATO SI

OLIVIER REY, Qu’aurait pensé Simone Weil de l’encyclique Laudata Si’  Cahiers Simone Weil, ÉCONOMIE, ÉCOLOGIE, CRITIQUE DE CAPTALISM CHEZ SIMONE WEIL, III, TOME XXXX –No. 1, Mars 2017 (pp 17-32, Revue trimestrielle publiée par l’Association pour l’étude d la pensée de Simone Weil), Paris, pp. 18 -19.

[ . . .]  L’encyclique n’appelle pas un jugement, elle sollicite un réflexion. Et la compagnie de Simone Weil peut nous aider à mener cette réflexion.  C’est ce parcours de l’encyclique avec elle que je propose d’entreprendre.

Commençons par quelques éléments problématiques. Simone Weil s’est toujours exprimée dans ses écrits, dans une langue aussi dépourvue d’affectation que          précise dans les termes employés. Si on estime, comme elle, que « là où il y a une grave erreur de vocabulaire, il est difficile qu’il n’y ait pas une grave erreur de pensé » (« La personne et le sacré », Ecrits de Londres, p.11), on ne peut qu’éprouver quelque malaise à constater l’usage répété de certains vocables au   long de l’encyclique. Ainsi le mot « planète ». Planês, planêtos, en grec, est un adjectif qui signifie « érrant », « vagabond » ; les planètes asteres  sont les astres errants –sens repris tel quel en latin. Il en résulte que la terre n’est devenue planète qu’avec l’avènement du système de Copernic. Et encore, ne l’est-elle devenue qu’en tant qu’objet de l’astronomie. Désigner la terre par le mot planète, c’est comme si on adoptait pour parler de l’être humain l’appellation homo sapiens de la biologie moderne.  À ceux qui soutiendraient que terre et planète, c’est la même chose, il n’est que de penser au cantique de saint François, dont les premiers mots donnent son nom a l’encyclique. Saint François loue « sœur notre mère la terre ». Paroles inspirées qui, si l’on remplaçait « terre » par planète, deviendraient absurdes. À la fin de sa vie, Ivan Illich s’élevait contre les références compulsives à la planète.  « La terre est quelque chose que l’on peut sentir, disait-il, que l’on peut goûter. Je ne vis pas sur une planète. [Note :  David Cayley, Entretiens avec Ivan Illich, trad, Paule Noyart, Montréal, Bellarmin, 1996, p. 384.]  La planète est la terre vue de l’extérieur, la terre du point de vue de l’astronaute, ce qui renforce l’idée que la terre est une entité manipulable de part en part. Toute l’encyclique allant en rebours de cette idée, on voit qu’il s’agit bien d’une question de vocabulaire –à laquelle Simone Weil aurait certainement été sensible. Cela étant, il faudrait déterminer dans quelle langue elle aurait lu l’encyclique. Celle-ci a d’abord été écrite en espagnol avant d’être traduite dans les différentes langues, dont le latin. Et en latin, la tradition fait de la résistance : la terre n’y est pas devenue planetes ou planetae, elle demeure orbis terrarum.   Il est vrai que bientôt en France, conformément aux vœux de nos dirigeants, le latin sera une langue non seulement morte, mais aussi définitievement entrérré –ou, comme il faudra peut-être dire, emplanétéé. [pp. 18 et suiv.]

 [ . . .] 

ANTHOLOGIE DE TRAVAUX À TRADUIRE EN ESPAGNOL ET EN ANGLAIS

HOMMAGE À ANDRÉ DEVAUX ET SIMONE WEIL

–ET À TOUS CEUX QUI ONT SOUTENU L’EFFORT DE PUBLICATION DES CAHIERS SIMONE WEIL DEPUIS SES DÉBUTS 
(juin, 1978,Tome I – No. 1)—

1.     ANDRÉ-A. DEVAUX (1921-2017)  JEAN TAVERNIER…  TOME XXXX – No. 4   DÉC. 2017…  Y INCLUS PLUSIEURS ARTICLES DU PROF. DEVAUX (déjà traduits et publiés en espagnol dans le site www.institutosimoneweil.net  * –en procès de restauration– et qui seraient rendus en anglais aussi). 

2.    ALAIN BIROU… Choix  de travaux du père Alain Birou, dont certains déjà traduits complète ou partiellement  en espagnol, et publiés dans le blog de l’Instituto Simone Weil, A.C.*[1]  À rendre dans les deux langues. 

3.   LES CIVILISATIONS INSPIRATRICES.  I-IV …TOMES XXXVII–No. 1  et No. 2 , Mars et Juin, 2014

[À commander, Nos. 3 et 4, sept. et déc.. 2013.]

4.  ÉCONOMIE, ÉCOLOGIE, CRITIQUE DU CAPITALISME CHEZ SIMONE WEIL.  I-IV 

        I    TOME XXXIX – No 3, SEPTEMBRE 2016       II   TOME XXXIX   No. 4,  DECEMBRE  2016

       III    TOME XXXX – No. 1,  MARS 2017               IV    TOME XXXX – No. 2,  JUIN 2017  

5.   LIRE L’Enracinement  I – IV

         I  TOME XXXVIII – No. 3, SEPTEMBRE 2015    II  No. 4——————DECEMBRE 2015

         III ——–XXXIX—  No. 1, MARS 2016                IV——————– No. 2, JUIN 2016

6.   SIMONE WEIL :  UNE LECTURE DES RÉLIGIONS  (I – IV)

        I    TOME XXXX – No. 3, SEPTEMBRE 2017           II  TOME XLI –No. 1————MARS 2018      

       III    TOME XLI – No. 2  — JUIN 2018                      IV  TOME  XLI – No. 2——-SEPTEMBRE 2018


*Sans aucune relation avec un Institut du même nom qui apparaît logé à Michoacán, Mx., mais sans leA.C. déclaré par nous en 1989, à Valle de Bravo, État du Mexique, quelques années avant leur apparition dans cet autre état du Mexique tout près du notre… !

NOUS VOICI ENCORE UNE FOIS!!

EN TRAIN DE RÉCUPERER NOS TRAVAUX POUR LA MEILLEUER CAUSE POSSIBLE: Chercher à connaître la vérité du monde que nous habitons et qui nous habite –tout en suivant l’inpiration de notre belle PROFESSION DE FOI!!

SUR CE SITE:

Instituto Simone Weil est une association civile du Méxique,  sans fin de profit,  qui a vu le jour en 1989 et dont l’objet est de permettre une connaissance plus ample de la vie et de la pensée de Simone Weil (1939-1943) –surtout en espagnol mais aussi en anglais et en français.  Futuristes en conséquence d’une situation humaine et technologique actuelle assez déconcertante, nous appliquons nos facultés à la tâche de concevoir et de partager nos perceptions concernant  les possibilités actuelles de créer des institutions qu’elle proclama autant nécessaires comme inexistantes.

La notion d’un « modèle écologique de citoyenneté » se confirme par ce moyen sous l’étendard de sa « Profession de foi » qui lui a menée à réfléchir sur les « besoins du corps et de l’âme » : ce texte lumineux qui pourrait si bien servir comme préambule, ou inspiration fortunée, à tout effort géré vers l’intégration d’une planète issue d’une racine partagée.  [SMV, 22/08/18]